Les Mexicains adorent étudier l’anglais au Canada. Quelles sont leurs autres destinations de choix?

Canadian flag in front of buildings

Plus de 14 000 Mexicains choisissent d’étudier l’anglais au Canada chaque année. Quelles sont leurs autres destinations de choix?

 

Les écoles de langues au Canada ont connu une croissance constante du nombre d’étudiants mexicains inscrits ces dernières années. Ces derniers sont maintenant en bonne position pour dépasser les étudiants coréens et devenir le quatrième contingent d’étudiants internationaux au Canada. Ils ne seraient dépassés que par les étudiants brésiliens, japonais et chinois.

La majorité d’entre eux viennent étudier l’anglais en Ontario et Colombie-Britannique mais le Québec a connu une croissance non négligeable du nombre d’étudiants mexicains depuis 2016. À vrai dire, la popularité des institutions canadiennes est en augmentation constante auprès de cette clientèle. Cette croissance est, d’ailleurs, inversement proportionnelle au déclin de l’attractivité des États-Unis (et de leur accessibilité) durant la même période.

En adaptant leurs stratégies de promotion, développant des partenariats avec des agents en éducation mexicains fiables et en concevant des cours adaptés à cette clientèle, les écoles de langues au Canada sont en bonne position pour pouvoir profiter de la situation prometteuse de ce marché.

Voici 4 autres points pertinents leur permettant de mieux comprendre ce marché en développement.

 

#1 Plus d’étudiants choisissent des études à l’étranger car ils en ont les moyens

 

Le nombre d’étudiants mexicains qui font le choix de suivre la totalité ou une partie de leur éducation à l’extérieur du Mexique est en augmentation constante depuis une dizaine d’années. Le Canada fait partie des principales destinations pour ces étudiants, et était en quatrième position en 2016-2017. Cette même année, les 3 pays les plus attractifs pour les étudiants Mexicains étaient l’Espagne, les États-Unis et la France.

Cette croissance semble principalement dépendante de la situation économique du Mexique, car seules les familles les plus à l’aise financièrement peuvent assumer les coûts d’études à l’étranger. D’ailleurs, les coûts élevés de ces études est cité comme étant le premier facteur poussant les étudiants à faire leurs études au Mexique plutôt qu’à l’étranger, d’après un rapport du Congreso nacional de investigación educativa.

À l’heure actuelle, on estime que seulement 1 % des étudiants mexicains peuvent envisager d’étudier l’anglais au Canada ou dans d’autres pays de l’OCDE. Cela signifie, toutefois, que si la situation économique de la classe moyenne mexicaine s’améliore, le marché potentiel des écoles de langues canadiennes suivra, leur offrant la possibilité de recruter encore plus d’étudiants au Mexique.

 

#2 Les étudiants mexicains représentent 1 % de tous les étudiants internationaux aux États-Unis, au Chili et en Espagne

 

Malgré le récent recul du nombre d’étudiants mexicains sur les campus des institutions américaines, ces derniers y représentent une part non négligeable des étudiants internationaux.

Plusieurs facteurs semblent être à la source de ce déclin mais les inquiétudes par rapport à l’augmentation perçue des refus de visa est souvent citée comme l’une des raisons principales. À cause de cela, les États-Unis, qui étaient la destination la plus populaire pour les étudiants mexicains, ont chuté à la seconde place depuis 2016.

 

#3 Les écoles de langues au Canada sont bien positionnées pour attirer plus d’étudiants mexicains

 

Avec le recul des États-Unis comme destination principale des Mexicains souhaitant étudier à l’étranger, d’autres pays ont connu une augmentation de leur popularité.

Graphique montrant l'augmentation du nombre d'étudiants internationaux au Canada

Ce repositionnement des États-Unis auprès de la clientèle mexicaine peut profiter aux institutions canadiennes. Les écoles de langues au Canada, en Australie, et dans une moindre mesure au Royaume-Uni ont l’occasion d’attirer plus d’étudiants dans leurs cours d’anglais.

À vrai dire, les étudiants mexicains au Canada étaient 16 % plus nombreux en 2017 qu’en 2016.

De plus, étant donné que les étudiants mexicains peuvent suivre des cours de langues au Canada sans visa jusqu’à six mois, les problèmes de refus ne sont pas un facteur aussi déterminant. Certaines provinces comme le Québec, où seulement 11 % des étudiants suivent un cours d’anglais ou de français avec un permis d’étude, l’illustrent bien.

Les écoles de langues au Canada doivent prendre ces facteurs en considération lors de la création de documents marketing et promotionnels afin d’attirer plus d’étudiants mexicains.

 

#4 Les programmes études + travail au Canada sont très prisés

 

Étant donné les coûts élevés des programmes d’études à l’étranger, qui sont souvent pris en charge par la famille des étudiants, les institutions offrant des bourses et du soutien financier sont très attrayantes. Celles-ci, toutefois, n’aident qu’une infime minorité d’étudiants mexicains. Le soutien des familles reste la principale source de financement.

Les agents en éducation au Mexique qui parviennent à développer des partenariats avec ces institutions ont une proposition de valeur nettement supérieure en vue de recruter des étudiants, même si ceux-ci finissent par étudier dans d’autres institutions où ils doivent prendre en charge la totalité des frais de scolarité.

Un autre avantage compétitif que les agents en éducation mexicains peuvent viser est le développement et la promotion de programmes études-travail au Canada.

Étant donné que les étudiants impliqués dans ces programmes peuvent subvenir – au moins partiellement – à leurs besoins durant leur séjour, l’accessibilité et la désirabilité de tels programmes sont grandes.

 

Sur le court terme, il est encore difficile de déterminer si les tendances actuelles d’étudiants mexicains choisissant d’étudier l’anglais au Canada et le français au Québec continueront, et si le marché rebondira rapidement du déclin actuel provoqué par la crise de la COVID-19 et l’arrêt soudain des échanges internationaux.

Toutefois, sur le moyen ou long terme, la classe moyenne supérieure mexicaine est appelée à croître. Grâce à cette tendance de fond, de plus en plus d’étudiants devraient pouvoir étudier des langues au Canada. Les écoles de langues canadiennes devraient continuer de faire attention à ce marché et développer des cours, programmes, et documents marketing appropriés pour attirer les étudiants mexicains.

Elles devraient également créer des partenariats étroits avec des agents en éducation au Mexique, qui ont le doigt sur le pouls et les tendances du pays et peuvent les guider vers un avantage compétitif sur le marché des étudiants internationaux.

Sources:

Student mobility between Mexico and Europe, Recherche de Patlani, Patlani 2014/2015 & 2015/2016.

Viajan al año 16,700 mexicanos para estudiar en el extranjero, Forbes México, Rédaction de Forbes

Movilidad internacional, sólo en 1% de estudiantes Mexicanos, Foro Consultivo Científico y Tecnológico, 2018

Fall 2019 International Student Enrollment Snapshot Survey, Institute of International Education, 2019

International Students in Canada, Bureau canadien de l’éducation internationale, 2019

The The International Student Slump Isn’t Just About Trump, Bloomberg (Justin Fox), 2019

Movilidad estudiantil en México hoy: preguntas y respuestas, Congreso nacional de investigación educativa COMIE, 2017

Diálogo sectorial México-Unión Europea y seminario de expertos sobre educación superior, Movilidad internacional de estudiantes en México: cifras y tendencias, Sylvie Didou Aupetit, 2015

Los flujos migratorios de estudiantes Mexicanos de posgrado hacia el extranjero, María Concepción Félix, 2018